Le groupe M6 retenu par le CSA pour « 6Ter », un nom KAOS

Publicités

6ter, nouvelle chaîne du Groupe M6 va voir le jour : un nom KAOS

(article Boursier.com)

Le Groupe M6 se réjouit de la décision du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel d’avoir sélectionné 6ter, comme nouvelle chaîne TNT Haute Définition gratuite. « Depuis 25 ans, le groupe a démontré son savoir-faire et sa détermination dans le développement de ses chaînes. Il a privilégié la création ex-nihilo à l’acquisition. Cette volonté va nous permettre d’aborder la mise en oeuvre du projet 6Ter avec sérénité et enthousiasme » souligne Nicolas de Tavernost, Président du Directoire.

6ter « sera la première chaîne gratuite du paysage audiovisuel français qui s’adressera à toute la famille, toute la journée ». Fictions familiales, magazines et documentaires et divertissements : tous ses programmes auront vocation à être vus ensemble, par plusieurs générations.

« Les moyens créatifs, humains et financiers nécessaires seront mis à la disposition de 6ter pour assurer son succès » assure le groupe de médias qui rappelle : « Ces nouvelles chaînes évolueront dans un univers économique contraint, et devront s’imposer dans une concurrence renforcée ».

Dans ce contexte, le Groupe M6 regrette que Boutique & co, son projet de chaîne de téléachat, « véritable projet industriel créateur d’emplois », n’ait pas également été retenu, « d’autant qu’à la différence des autres groupes historiques concurrents, le Groupe M6 n’est pas à son maximum d’autorisations ».

TNT: Six nouvelles chaînes attendues à l’automne

Article 20 minutes

32 dossiers de candidature se disputent les canaux de ces nouvelles chaînes gratuites. Les auditions devant le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) ont débuté le lundi 5 mars. Quelles nouvelles chaînes pourrait-on retrouver à la rentrée ?

Ils étaient 31 au départ. Puis 34, et finalement 32 candidats dans la course aux six nouvelles chaînes gratuites  en haute définition sur la télévision numérique terrestre (TNT). Les postulants, qui sont de grands groupes comme TF1 et M6 ou de simples associations, commencent à défiler dès ce lundi devant le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour défendre leur projet. Les six meilleurs seront choisis à la mi-mars et se verront délivrer leurs autorisations avant l’été, pour un démarrage attendu à l’automne.

(lire la suite)

Et s’il y avait un peu plus de Kaos dans votre télé !

« le-game », le nouveau label du jeu vidéo français à l’étranger

Article 01.net du 5 mars 2012

Ne dites plus « le jeu vidéo français », mais « le-game ». C’est sous cette bannière que la création hexagonale s’exportera désormais. Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, et Nicolas Gaume, président du Syndicat national du jeu vidéo (SNJV) ont présenté ce matin leur démarche.

En 1994, Quentin Tarantino glissait dans la bouche de John Travolta cette réplique culte, à propos des Français : « Big’s Mac is a Big Mac, but they call it le Big Mac » (« Un Big Mac est un Big Mac, mais ils l’appellent le Big Mac. ») Aujourd’hui, le jeu vidéo français s’offre à son tour un nom franglais, « le-game », nouveau label imaginé par une agence de communication anglaise pour le compte de l’AFJV avec, en petits caractères, un slogan ambitieux : «uncompromising creativity from France », (« la créativité française sans concession. »)

Contrairement aux apparences, ce nouvel étendard commercial et institutionnel ne marque surtout pas le retour d’une exception culturelle un peu tarte à la crème, assure-t-on. « Nous ne revendiquons pas une french touch, insiste Nicolas Gaume, mais d’être un pays leader, capable de concurrencer les éditeurs japonais, taiwanais, coréens, canadiens, etc. »

(lire la suite)

Combien vaut la marque « Caddie » ? (certainement plus que l’entreprise elle-même…)

Le fabricant de chariots Caddie placé en redressement judiciaire

article AFP du 5 mars 2012

STRASBOURG — Le fabricant de chariots de supermarché Caddie, en cessation de paiement, a été placé lundi en redressement judiciaire par la chambre commerciale du tribunal de grande instance (TGI) de Strasbourg, a-t-on appris auprès du parquet.

La société s’était déclaré en cessation de paiement vendredi, a indiqué à l’AFP Stéphane Dedieu, PDG de la société dont le siège se trouve à Schiltigheim et le principal site de production à Drusenheim (Bas-Rhin). Caddie, qui emploie 500 personnes en France, est confronté à un « problème passager de trésorerie », mais a « de bons produits, de bons clients et un personnel formidable », a souligné le PDG. Les salaires du mois de février, qui n’ont pas été payés, devraient être pris en charge par le régime de garantie des salaires (AGS).

Les salariés, qui soutiennent leur direction, ont écrit début février au président de la République Nicolas Sarkozy pour demander l’appui des pouvoirs publics, selon le secrétaire du comité d’entreprise Christophe Zinck.

« Nous cherchons des investisseurs. Il y a des pistes. L’Etat se mobilise pour nous mettre en relation avec des repreneurs », a dit M. Dedieu.

L’entreprise a souffert de la crise, son chiffre d’affaires passant de 110 millions d’euros par an en 2006 à 85 millions en 2011. Mais elle a aussi tardé à se restructurer: « C’est une société qui a vécu sur ses acquis, avec un actionnariat vieillissant qui n’a pas suffisamment préparé la transmission », affirme M. Dedieu. L’actionnaire majoritaire, Alice Joseph, a 83 ans. L’entreprise, déficitaire « depuis des années », a accusé en 2011 une perte de 10 millions d’euros dont la moitié liée à un plan de restructuration en cours.

Caddie a en effet entamé sa réorganisation il y a deux ans, avec un début de regroupement des activités à Drusenheim, et un plan de départs volontaires qui a diminué les effectifs de 220 personnes. Mais il manque 15 millions d’euros pour « moderniser le parc de machines » et déménager à Drusenheim les activités de la filiale Revêtement industriel. Caddie, qui possède une filiale en Chine et une autre au Portugal a fabriqué en 2011 850.000 chariots de supermarché. Elle fournit 70% du marché français. L’entreprise née en 1928 produit aussi des équipements en fil métallique pour l’hôtellerie, les aéroports ou les hôpitaux.

(source)

Un scandale peut aussi servir la notoriété des marques

Interview de Pierre-Louis Desprez par LeFigaro.fr publiée le 2 mars 2012

Alors que Costa Croisières n’exclut pas d’abandonner sa marque, Pierre-Louis Desprez, directeur général de KAOS et président du BEC Institute, estime que faire ainsi table rase du passé n’est pas toujours une stratégie judicieuse. Costa Croisières et le naufrage du Concordia, Festina et le dopage, Toyota et les rappels massifs de voitures, ce type d’affaires fait toujours couler beaucoup d’encre et ébranle au passage la réputation de grandes marques. Face à l’émotion générale, certaines font le choix de changer de nom pour faire table rase du passé. Une stratégie très coûteuse et pas toujours payante.

Quels secteurs d’activité sont les plus sensibles au scandale?

Le secteur alimentaire est particulièrement sensible car il touche toutes les familles. Une affaire peut vite prendre une ampleur mondiale et générer une grande peur. Prenez l’exemple de la bactérie listeria qui suscite régulièrement une méfiance généralisée envers les produits fromagers. Plus généralement, tout ce qui a trait à l’intégrité de la personne est une bombe à retardement… (Lire la suite)