Le marketing de soi

« Dieu vous garde de la notoriété! », disait l’abbé Pierre à une journaliste.

Patrick Schulmann, le réalisateur du film à succès Et la tendresse? Bordel! disait: « Que mon nom soit connu, mais mon visage surtout pas! ».

Andy Warhol avait annoncé: « À l’avenir, chacun aura son quart d’heure de célébrité. » C’est là que commence le marketing de soi!

Picasso avait un grand sens des affaires. Il envoyait des amis tous les jours chez les galeristes parisiens pour qu’ils leurs réclament un Picasso. À l’époque, aucun d’eux ne le connaissait. En quelques mois, ils voulurent tous voir ses œuvres et l’exposer!

Yannick Noah dit qu’il a donné beaucoup de concerts devant dix personnes avant d’avoir du succès.

Picasso, toujours lui, a vendu beaucoup de toiles très peu cher, avant d’augmenter drastiquement ses prix. Du coup, tous ceux qui avaient acheté se sont vus à la tête de petites fortunes, et clamaient que Picasso était bel et bien un génie.

extrait du « traité de tous les noms » Pierre-Louis Desprez & Ivan Gavriloff (Descartes & Cie, 2007)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s